Journée Internationale du Pardon, un geste chaque jour

Le 18 septembre 2019 l’Association Pardon International (API) lance la 1ère Journée Internationale du Pardon .

Un Cercle de Pardon avec la présentation du projet du film LE DON  a eu à 15H dans la salle L’Agora sur Paris, pour plus d’infos sur le projet : jl_films21@yahoo.fr

Dans le cadre de la Journée Internationale du Pardon, je vous invite à faire un geste quotidien dans le chemin du pardon.

Un geste chaque jour…

 

18 SEPTEMBRE DE CHAQUE ANÉE c’est la Journée Internationale du Pardon.

Soyez bienvenu dans le chemin du Pardon, je vous invite à faire un geste chaque jour. « Il ne s’agit pas de faire un saut, mais un petit pas chaque jour. »

___________

JOUR 21 Pourquoi pardonner ?

« Bienfaits du pardon
Aimer et se sentir aimé
Se sentir à la hauteur
Se sentir et être connecté et aligné avec la Source
Se sentir et être en relation plus intime avec le monde et les gens
Guérison physique, émotionnelle et spirituelle
Se sentir et être dynamique, vibrant, plein de vie et d’énergie
Relations épanouissantes et joyeuses
Clarté sur la vie, le but et le sens de la vie
Joie et bonheur durables

— Dr Leonard Laskow | Extrait du livre  » Par Don d’Amour  »

 

70612635_2423609357897652_6703010422116581376_o

__________

JOUR 20 La science du Pardon

Au moment de faire un pardon, il faut commencer pour reconnaitre ce que nous avons vécu, à l’inverse de l’oublier ou le cautionner, il faut prendre conscience de ce que nous avons vécu. A la place d’étouffer nos sentiments, à la place de taire la colère ou la tristesse, il faudrait les laisser sortir, car elles voilent notre vrai nature, de façon ponctuelle consciente et évidemment en étant accompagné.

« La clé est d’éprouver ces sentiments avec suffisamment d’intensité pour libérer les hormones du stress – le cortisol et l’adrénaline. En procédant ainsi, nous séparons le souvenir traumatique de sa charge émotionnelle.

(Libérer n’est plus une métaphore, libérer les hormones de stress consciemment en remémorant la personne ou situation à pardonner, pour ensuite enlever la charge émotionnelle lié à ce souvenir, c’est ça le pardon à niveau organique)

Bien qu’il s’agisse d’un processus individuel pratiqué pour soi, imaginez la puissance et la libération s’il était pratiqué en masse, par un grand nombre d’individus, suite à une atrocité mondiale comme un massacre ou un holocauste. Nous pourrions collectivement n’avoir jamais plus à répéter de tels schémas traumatisants. » Dr. Leonard Laskow

sciences_et_vie

 

________

JOUR 19

Depuis 19 jours, nous avons fait un geste chaque jour dans ce chemin du Pardon.

Aujourd’hui, je ne vais pas essayer de pardonner, aujourd’hui je vais dire une simple phrase, et je vais la répéter en silence pour tenter de me rendre compte du vrai sens de ces mots :

« Je te demande Pardon »

 

____________

JOUR 18 L’amour pour soi.

« Pourquoi je cherche l’amour de celui qui ne sait pas aimer ?
Pourquoi chercher l’amour à l’extérieur de moi ?

M’aimer est arrêter d’être esclave de l’autre, de ses dires, de ce qu’il fait ou qu’il n’a pas fait.

Et si je protégeais aujourd’hui cet enfant en moi qui a souffert ? Et si c’était à moi aujourd’hui d’être l’adulte que lui a manqué ?

L’amour le plus pure, le plus inconditionnel, le plus accessible que j’ai : c’est l’amour qu’il y a à l’intérieur de moi, car je suis un être de lumière. C’est un amour qui est toujours présent, parfois voilé par des blessures, mais il est toujours là, je n’ai pas à la gagner ou à l’apprendre.

Je dois juste fermer les yeux à l’extérieur et les ouvrir à l’intérieur, m’aimer… car je le mérite. » ZP

69851140_2422264511365470_1776834515885359104_n

 

_________

JOUR 17 N’attendez pas « l’effet d’après ».

« Une femme de 40 ans, entend de son cardiologue que son coeur bat comme une personne de 70 ans. Pourtant elle fait de sport sans excès, de la méditation, elle ne fume pas, ne boit pas d’alcohol et ne mange pas de viande, alors qu’est ce que ce passe ? Elle cherche dans sa tête, et avoue que jusqu’à ces 35 ans il y a eu des années de grand souffrance à cause de certains traumatisme de l’enfance, mais que maintenant tout est oublié grâce à une thérapie. Elle ne comprend pas pourquoi il a maintenant de troubles de rythme, de tachycardies et cet arrêt soudain que l’amène ce jour à l’hôpital.

Le médecin lui explique, « c’est l’effet d’après, pendant des années vous avez soumis votre corps à de grandes montés d’adrénaline et de cortisole, le stress de la colère et la tristesse a épuisé votre cœur. Le rythme cardiaque a reste élevé, de même que la pression artérielle et le taux de sucre sanguin pendant beaucoup trop du temps. Même si vous avez changé votre mode de vie il y a 5 ans, votre cœur a besoin encore des années de réparation, continuer une vie zen, ça devrait s’arranger ». Histoire vraie.

Pardonner nous permet de détacher la charge émotionnelle de l’événement vécu. Pardonner nous permet de descendre le taux de cortisole et adrénaline dans le corps : le corps arrête de s’agresser lui-même. Ainsi, nous n’allons pas oublier, mais quand nous allons devoir évoquer ce mauvais souvenir il n’affectera plus notre état de esprit.

Soyez en harmonie avec la nature et laisser vos organes s’aimer entre eux.

70354296_1252841601588317_2862267416958730240_n

__________

JOUR 16 Une nouvelle approche de la notion du Pardon.

Olivier Clerc nous explique qu’il y a tant de notions de pardon que de personnes sur la planète et c’est pourquoi certainement le Pardon est si difficile car chacun le comprend différemment. Voici l’approche qu’il nous propose avec ce qu’il appelle « Un Cercle de Pardon » :

a. Avant tout le Pardon c’est pour guérir son propre cœur. Le Pardon ce n’est pas pour les autres, c’est pour soi même, pour devenir libre !

b. Inversion à 180°, est-ce que nous avons déjà essayé de nous mettre à la place de celui qui demande pardon ? Et si chaque personne ferait cet effort ? Toujours se mettre à la place de l’autre nous permet de changer l’angle de vue et faire bouger les choses.

c. Une approche transpersonnelle, ce qui est magique dans le Pardon c’est que quand on le fait vraiment, à l’instant même que notre coeur est liberé, il y a une autre personne qui est aussi libre. Nous coupon les liens douloureux qui nous attache a cette personne et se corde trachée libère une à une tout une lignée de personne blessées. Alors faites le pour vous, mais sachez que le Pardon est une chaîne avec des anneaux en metal, si chacun rompe son anneau la chaîne devient moins lourde et le monde pourra en fin bouger libre de ses mouvements.

15252603_1850434278511236_5116075003958472107_o

__________

JOUR 15  Arrêter de (se) juger ?

Apparement pour arriver à pardonner il faut commencer pour cet acte : s’aimer.

« S’aimer », mais qu’est ce que veut dire s’aimer ?

S’agit-il de s’accepter tel que l’on est ? S’accepter soi-même, sans conditions, sans attente de résultats ?

Comment vivre la vie, si l’on ne la reçoit pas tel qu’elle nous a été donné ? Si l’on se juge sans arrêt, pas assez bon, pas assez riche, pas assez heureux, pas assez…aux yeux de qui ? C’est quoi assez ?

Quand j’arrive à me regarder à travers les yeux des autres, vraiment, que je me permets de me mettre à leur place, je peux avoir de l’empathie et de la compassion… pour moi même. Car quand j’essai de comprendre l’histoire de l’Autre, j’essaie aussi de comprendre la mienne, puisque je suis en lien avec elle ou avec lui.

Je me donne l’opportunité de sortir du triangle Juge -Sauveur – Bourreau.

Parfois celui qui touche à mes blessures n’est pas la pour me faire du mal, mais pour me rappeler que la plaie est encore ouverte et que je dois en prendre soin et la guérir.

Si j’arrête de juger l’autre, je commence a m’aimer. #ZP

 

 

 

 

__________

JOUR 14 Peut-on tout pardonner ?

Mais c’est possible de pardonner n’importe quel type de situation ?

Est-ce que je sais ce qui veut dire Pardonner ?

Voici ce qui nous explique Olivier Clerc :

Pardonner ne veut pas dire cautionner,
Pardonner ne veut pas dire devenir ami-ami avec celui qui nous a fait du mal.

Pardonner a besoin du cœur, mais aussi du mental qui va nous permettre de discerner si nous devons rompre les liens, donner de l’espace, laisser l’autre faire sa partie du chemin. Si l’autre personne n’a pas changé, s’il est capable de refaire les mes actes, alors la réconciliation n’est pas encore possible, mais LE PARDON OUI.

Pardonner est guérir son propre coeur, pour soi, pardonner c’est avoir avec soi-même, pas avec l’autre.

 

 

 

____________

JOUR 13 : La responsabilité du Pardon

Et si pardonner c’était vraiment : simplement  m’aimer ? et ainsi être capable d’être en lien avec les autres, autrement ?

Aujourd’hui, méditons tous sur notre part  de responsabilité sur la souffrance, la notre et celle des autres.

 

_____________

JOUR 12 : « Si vous guérissez vous même, vous pourrez guérir les autres »

Parfois on a du mal a comprendre pourquoi. Pourquoi il ou elle m’a fait cela ? pourquoi il ou elle ne reconnait pas ce qu’il m’a fait ? Pourquoi il ne vient pas me demander pardon ?

Au fond de nous, nous sommes capables de voir la souffrance chez l’autre, celui qui nous a fait du mal, nous savons au fond de nous qu’il ne va pas très bien. Parfois nous sommes capables de dire à cette personne « éloigne-toi de moi et reviens quand tu auras résolu tes problèmes ».

Et bien, nous souhaitons du fond du cœur et sans l’avouer que cette personne devienne « plus humaine » pour qu’il arrête de faire du mal aux autres. Une personne blessée ne peut que blesser une autre oui, mais aujourd’hui si ce moi qui est blessé….. qui suis-je ? je me prend comme un être séparé.

Aujourd’hui, j’amène à mon esprit une personne qui me fait du mal actuellement, et si je souhaite du fond du cœur que cette personne « arrête de me faire du mal », je vais prendre soins de mes propre blessures : je ne vais plus attendre que cette personne prenne conscience de ce qu’elle ma fait, je décide de guérir aujourd’hui par mes propres moyens.

Aujourd’hui, pour mon plus grand bien et pour les bien des autres j’arrête d’utiliser les mots et les actes de cette personne pour fermer mon coeur. Je ne veux pas devenir un être blessé qui blesse les autres.

Aujourd’hui, je m’occupe de moi en donnant moins de place dans ma vie à cette personne, je me libère de ce poids maintenant. Ensuite, je pourrais, avec amour, marcher dans le monde et laisser ainsi rayonner mon cœur guérit. ZP

_________

JOUR 11 : Le pardon c’est un chemin

Le pardon c’est un chemin, un chemin qu’il faut entreprendre quand on le souhaite vraiment. Parfois une personne n’est pas prête, mais le pardon c’est pour tous, ce n’est pas une question d’âge, de religion, ou de force ou de fragilité. Le chemin du pardon est ouvert à tous ceux qui souhaitent de s’aimer sans condition.

Aujourd’hui, je réalise que, peut-être, pour certains choses ou pour certaines personnes, je ne suis pas prêt, ce n’est pas encore facile pour moi, j’y crois pas trop.

Peut-être une partie de moi souhaite être encore attachée à cette personne ou cette situation.

Toutefois, je réalise que je m’aime suffisamment pour être doux avec moi-même et accepter que le chemin soit long, ou que je ne suis pas encore prêt à marcher par cette chemin.

Je fais la paix avec ça et avec moi, je me donne du temps, je m’accueille dans me bras, je me souviens de l’enfant que j’étais autrefois et je lui dis : « tu es courageux, tu vas y arriver, je vais t’aider, quand ça sera juste pour toi, tu pourras marcher pou le chemin du Pardon, tu ne seras plus seul, je te tiendrais la main et nous seront plus séparés » ZP

 

_____________

JOUR 10 : « Je ne vois pas d’étranger »

Aujourd’hui, je me rends compte que ça me fait mal, et si ça me fait mal pourquoi je m’attache à cette « blessure chérie ». Je ne veux pas cautionner, je ne veux pas oublier, peut-être que le pardon me concerne plus moi que celui qui m’a fait du mal ?

Aujourd’hui, je me rends compte que je me suis fermé, que j’ai voulu proteger mon cœur et je l’ai ainsi enfermé dans un camion blindé, pour le « proteger ». De coup, je n’arrive plus à écouter les autres, car je n’écoute que ma propre histoire et que ça me fait sentir seul et séparé.

Aujourd’hui, je vais commencer à écouter les histoires des autres. Peut-être, je pourrais trouver dans des inconnus des frères et des sœurs, et je me sentirais faire partie d’un TOUT et plus disposé à lâcher prise. ZP

_________

JOUR 9  : Ma vie, mon choix

Nous avons toujours entendu que la vie que l’on mène est pre-déterminée par nos propres choix et croyances. Si l’on comprend bien cela, nous savons que nous avons le pouvoir de choisir à nouveau à tout moment pour donner un nouveau sens à nos vies.

Aujourd’hui, je me rends compte que ne pas pardonner est laisser la rancoeur, la tristesse et le sentiment d’injustice détruire en silence, petit à petit, mon corps physique. Et c’est à cause de l’adrénaline, le cortisole et autres substances que le corps produit à cause de cette rancoeur et cette sentiment d’injuste qui apparaît quand ce mauvais souvenir, ou cette personne, revient à mon esprit. J’ai le pouvoir de choisir autre chose pour moi. ZP

69496516_2415405512051370_3744060456646475776_n

 

______________

JOUR 8 : Sortir du triangle victime,  bourreau, saveur

Attendre que celui qui m’a fait du mal reconnaissance ma souffrance est rester dans l’attente non active. Je peux faire la différence entre la danse et le danseur, je peux admettre que j’ai vécu quelque chose qui m’a causé douleur ou colère, mais je ne suis pas cette douleur, je ne suis pas cette colère.

Je décide « d’être » simplement et je décide de m’aimer. Je ne peux pas non plus convaincre mon « bourreau » de me faire des excuses, je ne peux pas le sauver de sa propre histoire.

Aujourd’hui, je dis au revoir à ma position de victime. Même si j’ai vécu avec cette place pendant des années, c’est l’heure de m’en libérer. ZP

 

____________

JOUR 7 : Le pardon c’est un petit pas chaque jour

« Le pardon est une manière de libérer son « palais » spirituel, pour que la vie prenne une autre saveur, et pour vous aimer encore plus profondément – ou peut-être même pour la première fois. Le pardon vous libère du passé et vous donne la liberté d’être qui vous êtes vraiment. Une fois l’énergie du passé libérée, nous sommes affranchis des charges émotionnelles de nos vieilles histoires, de nos vieilles conditions et de nos schémas périmés, libres d’être pleinement et entièrement présents. » Dr. Leonard Laskow

Aujourd’hui, je réalise que je ne peux pas changer ma façon de voir les choses du jour au lendemain, et je fais la paix avec ça. Je peux aller petit à petit, pas à pas. J’écris ma liste de choses et de personnes impardonnables et je mesure la place que ça prend dans ma vie. ZP

cropped-p70900351

 

 

_____________

JOUR 6 : Pardonner c’est de l’Amour pour soi. 

Je ne peux pas aimer l’autre si je n’arrive pas à m’aimer moi. Aujourd’hui je réalise que pardonner ce n’est pas aimer l’autre, ce n’est pas devenir son meilleur ami, pardonner est me libérer de tout la honte, tout la culpabilité, la tristesse et la colère qui m’attache à un événement.

Aujourd’hui je vais faire quelque chose pour m’aimer moi, je me donne l’opportunité de m’occuper de mes propres blessures pour guérir mon cœur. ZP

______________

JOUR 5 : J’apprend des autres, car je fais partie des autres. 

Je prends conscience que mon passé ne m’attache pas à la douleur, mais que c’est moi qui décidé de rester attaché aux mots et actes des autres pour fermer mon cœur.

Aujourd’hui, je réalise que pardonner c’est me libérer, et c’est décider de couper tout lien négatif avec les autres êtres humain,  mais c’est à moi qui a le pouvoir de couper cette chaîne, quand je serais prêt à être libre vraiment. ZP

 

 

___________

JOUR 4 : J’accepte l’autre seulement quand je suis prêt à m’accepter

Je découvre que ma colère est une tristesse qui se cache derrière une carapace….

Et si j’enlevais ma carapace ? Le pré-jugés pourront peut-être tomber… et je serais plus léger pour accueillir dans mon coeur un autre.

Aujourd’hui, j’accueille l’autre tel qu’il est sans essayer de le changer et je fais la paix avec ma colère. ZP

 

_______

JOUR 3 : Le pardon c’est tous les jours

la-douche-du-coeur-2
« Le pardon est la douche du cœur. Il peut littéralement laver notre cœur des émotions déplaisantes accumulées dans la journée, et ainsi éviter leur accumulation et leur cristallisation progressive en nous » Olivier Clerc

Tout au long des nos journées nous avons toujours une situation, même infime, que nous jugeons déplaisante, mais par ce que « sans importance » on la range dans un coin du coeur pour dire… « ce n’est pas grave », et petit à petit nous cumulons de petite choses chaque jour, chaque semaine, chaque mois…

Et si on purifiait notre cœur tous les jours ?

Ce soir, avant de te coucher laisse hors de ta chambre tout sentiment de colère et de tristesse qui tu aurais cumulé dans la journée, et bonne nuit !

#JIP
#DIP
#FID

_____________

JOUR 2 :  La paix avec le temps
« Mais ça s’arrête quand ma douleur et ma colère?  »

Aujourd’hui, je fais la paix avec le temps, je lui donne ça chance pour qu’il ait les outils pour me guérir. J’ai été largement fâché avec le temps, le passé et le future, je ne regardais même pas le présent.

Aujourd’hui, je réalise que le temps a besoin aussi de ma collaboration, je suis doux envers le temps et le temps et moi, nous allons marcher ensemble : je le prend par la main et je comprends qu’en faisant la paix avec le temps, je commence à pardonner.

Le temps n’est pas mon ennemi, c’est mon alié, je regarde l’heure et la date et je dis : MERCI

003

 

_____________

JOUR 1 : Le pouvoir du pardon

fenetre
« Le pouvoir du pardon est peut-être bien la clé qui nous libérera de la prison du passé. Et ce sont nos perceptions erronées de la nature véritable du pardon qui maintiennent les gens sur le champ de bataille de la perpétration et de représailles » Dr. Leonard Laskow

Posez-vous la question : Est-ce que j’ai dans ma vie, une expérience qui m’est detestable, une personne impossible à aimer ou une situation que je considère imperdonable ? Est-ce que je peux faire le lien avec mes peurs quotidiens, ma colère démesurée, ma tristesse incontrolable, mon inhibition, mes symptômes ?

Le pardon n’est pas un acte religieux ou social, le pardon est la guérison de blessures du coeur qui va me permettre de me libérer du passé.

Je ne peux pas contrôler le passé, ni les personnes qui m’ont fait du mal, mais je peux faire en sorte que ces personnes et que ce passé arrêtent de prendre le control de ma vie quotidiennement.

Pardonner c’est pour soi-même, pour se donner Amour et Liberté

ZP

#JIP
#DIP

 

créé et partagé par #Zaida

 

SUIVRE CHAQUE GESTE EN TEMPS REEL SUR FACEBOOK

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :