Ma place est un endroit vers où je vais?

Si je vais vers ma place, ça saurait dire que je ne suis pas à ma place, que peut être je n’occupe pas une place ou pire encore que je suis à la place d’un autre. Quelle réflexion terrible !

Ne me demandez pas donc où je vais. Ne vous demandez pas où vous allez.

Est-ce que je suis dans cette démarche imposée par la société de me « positionner » ? Et dans ce cas, je suis donc en recherche permanente d’une place… mais ma place existe déjà !

Comment est-il possible que chacun de nous ait oublié ça : On a tous une place : dans la nature, dans la famille, dans le travail, dans la société et bien plus. C’est scientifique : comme dans l’espace et dans le temps : On existe !

Alors, pourquoi cette obligation d’être ceci ou cela ? Pourquoi je m’inflige cette espèce de névrose :  « Je suis un homme, une femme, un jeune, un retraité, un chômeur, je suis français, je suis étranger, je suis handicapé », mais….. est-ce-que c’est si difficile d’accepter l’autre tel que « je suis », juste par « mon être »?

Puisque si je cherche à « devenir », c’est pour « être accepté à ma place », mais c’est quoi cette loi de vie !? « être accepté à sa place ?  » Mais tu as ta place, c’est organique, mécanique, tu n’as pas besoin d’être reconnu à ta place pour être à ta place, puisque tu occupes un espace-temps, tu existes !

C’est à la marge de la folie si toi, lecteur, tu t’imposes cette auto-flagellation, c’est un serpent qui se mord la queue. Puisque cette philosophie de vie accuse son pratiquant de penser ainsi vis-à-vis de son prochain. Tu te permets de qualifier et « placer » l’autre ? tu te permets de devenir son juge et son bourreau pour dire s’il est à sa place? Quelle horreur ! sort ce mauvais esprit de ta tête.

Si tu es dans le respect de la place de l’autre, tu n’as pas besoin de sortir des drapeaux et des banderoles pour indiquer ta place aux autres.

Et c’est la raison principale pour laquelle  le gens qui se définissent par l’intitulé de leur poste de travail me font sincèrement de la peine. Oui, ça me rend profondément triste ce gens qui se définissent par sa sexualité, par sa religion, par son statut social…. tout ça ce n’est pas une place, tout ça c’est juste des signifiants : des phonèmes.

Il n’y a pas de la teneur dans les « mots » accolées aux êtres humains. Personne ne devrait se soucier du signifiant, mais plutôt de ce que sa personne représente dans ses actions et sa philosophie de vie. C’est pour ça qu’une personne peut arrêter d’être défini par la société comme « une personne » *

**Personne dans le sens :  une présence en ECHANGE avec l’autre**

Et c’est à cause de son signifiant, à cause des mots qu’on lui colle. Cet être arrête d’être une personne et devient « une absence » qui n’échange plus avec l’autre.

(Exemple simple : une personne à qui on a attitré les signifiants  SDF   et chômeur, perd peu à peu sa teneur dans la société et donc sa place comme personne puisque sa présence commence à disparaitre. Puisque sa définition d’être humain est en train de changer à cause des signifiants. Des signifiants qu’en principe ne sont que de phonèmes.)

Donc on parle d’endroit, où je vais, une place et on atterrit à des signifiants, des mots qui cherchent à nous définir, mais qui n’ont pas de sens.

Pourquoi je suis incapable de dire où je vais ? C’est la faille de la société, il y a eu un erreur à un moment donné. Nous n’avons pas besoin de nous définir avec des mots pour expliquer notre place.

Je suis très bien comme je suis, mon temps c’est maintenant et à cet endroit, puisque ici et maintenant j’existe, je suis en joie, je ne cherche aller nulle part. Je ne peux pas chercher ma place car je ne l’ai jamais perdu.

Et toi, toi aussi tu as une place que tu occupes déjà, tu ne vas pas vers le bonheur tu y es. 

(*) Ce qui est particulier dans la langue française est est le fait que c’est l’unique langue où le mot PERSONNE, peut définir la présence, mais aussi l’absence de l’être humain. Est-il possible que cette point du langage permet aux francophones cette liberté absurde « d’annuler » l’existence de quelqu’un on se servant de signifiants ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :